Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Misslulle

  • MissLulle, Lulle pour les intimes
  • Petite et Fée-mère
(donc pas toujours dispo)
  • Petite et Fée-mère (donc pas toujours dispo)

Ce blog vit de tes commentaires mais en plus, si tu es gentil, il réalisera le fantasme caché de ta mère... Si ! 

Facebook1 Twitter1 

HelloCoton1

Peace Movement 2-noir

Psitttt... Je dois te dire...

Le contenu de ce blog n'est pas libre de droit, bien entendu.
Il représente un travail personnel (de qualité variable certes mais job tout de même) que je suis ravie de partager avec toi par ce biais.

6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 10:20

1974LectureFamilleAvoir une famille est souvent synonyme d’histoires, d’héritage culturel. Avec de l’amour à l’intérieur, ou pas. Dans la famille de Lover, les acteurs ont transcendé le passé et vivent au jour le jour avec des sourires aux lèvres et dans le cœur. Tout n’est et n’a pas été rose. Bien sûr que non ! Mais il en ressort un bien-être général, chacun vieillit en paix avec lui-même, parmi les siens. Peut être que la proximité géographique favorise leur entente. Peut être.

Dans ma famille, nous préférons transmettre les boulets, les regrets, tout ce qui aurait dû être digéré et qu'on a fui faute de courage. Et toutes ces petites bombes préexistantes créent un chemin familial semé d'embûches et de quiproquos. Personne ne s’y retrouve, chacun se perd à sa façon et fini immanquablement par déposer les armes et subir. Pour ma part, je m’y perds encore, m’y blesse plus que souhaité mais de là à accepter, subir et transmettre… Non.

Je ne peux pas prétendre que nous sommes proches même si nous coexistons, nous échangeons, nous nous aimons sincèrement. Mais encore aujourd’hui, je pressens une sorte de pudeur dans leur affection, un voile protecteur autour de leur cœur, une main que mes parents aimeraient serrer sans savoir tendre le bras. Et pourtant, je suis sûre de leur amour. Mais je ne l’entends pas. Et je ne comprends pas.

En grandissant, j’ai tué mes attentes d’amour absolu, j’ai accepté leurs amours bancals, silencieux. Bienheureuse. Cela ne s’est pas fait en un jour, j’ai eu des rechutes, des espoirs, mais j’y suis parvenue. Sans douleur, sans regret, j’ai accepté que mes parents ne soient que des Hommes, imparfaits.

Et puis un jour, j’ai construit ma propre famille, mon microcosme avec des enfants assoiffés d’amour absolu. J’ai eu peur de ne pas en avoir assez à donner, j’ai craint d’être un peu sèche, de ne pas savoir leur dire « je t’aime », « je t’admire », « je suis là ». J’ai eu peur jusqu’à ce que je sente, mon nez niché au creux de leur cou, l’odeur, la chaleur de notre foyer. J’ai su que nous, Lover et moi, ferions tout et n’importe quoi pour eux, qu'ils étaient déjà marqués de notre amour absolu. Peut-être que nous ne serons pas là où il faut, comme il faut. Sûrement. Peut être que nous ne comblerons pas leurs propres attentes. Certainement. Nous ferons de notre mieux, avec tout notre amour et nos voix.

Alors aujourd’hui, je sais que je ne transmettrai pas mes boulets à mes enfants. Parce que j’ai lutté, j’ai compris que mes parents avaient démissionné depuis longtemps en cédant à la retenue, qu'ils avaient eu peur de gagner et d’être heureux en lâchant prise. Quand les regrets prennent trop de place, l’avenir s’efface et les souvenirs ne se bâtissent pas seul. Peut-être arriveront-ils à apprendre de leurs enfants ? Je le souhaite mais je ne l’attends pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by MissLulle, Lulle pour les intimes - dans Moi princesse - et toi
commenter cet article

commentaires

Elosyia 08/11/2012 21:31


Paf, ton texte me touche en plein coeur. Il est très très beau.

MissLulle, Lulle pour les intimes 09/11/2012 06:37


Merci. Beaucoup.