Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Misslulle

  • MissLulle, Lulle pour les intimes
  • Petite et Fée-mère
(donc pas toujours dispo)
  • Petite et Fée-mère (donc pas toujours dispo)

Ce blog vit de tes commentaires mais en plus, si tu es gentil, il réalisera le fantasme caché de ta mère... Si ! 

Facebook1 Twitter1 

HelloCoton1

Peace Movement 2-noir

Psitttt... Je dois te dire...

Le contenu de ce blog n'est pas libre de droit, bien entendu.
Il représente un travail personnel (de qualité variable certes mais job tout de même) que je suis ravie de partager avec toi par ce biais.

3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 07:00

 lavandeDefiance.jpg   On se connaît, non ? Je n'ai pas la mémoire des prénoms mais je reconnais votre visage.
Laissez-moi réfléchir, ne faîtes pas cette moue dubitative, elle paralyse mes souvenirs. Souriez s'il vous plaît, j'ai l'intuition que c'est ainsi que je vous aimais.

Je buvais du lait menthe au Délice, au milieu des cafés-calvas du matin. Je me sentais si différente de vous, du reste de la meute, des enfants perdus devenus trop tôt adultes, écorchés, éparpillés, démunis mais qui vivaient du soir au matin ensemble. Un hôtel minable du XIXe arrondissement, un bar miteux, de chaleureux taverniers rabougris, un traffic brimbalant tant bien que mal son moteur et nos carcasses aux quatre coins de la banlieue pour vendre des sérigraphies sordides. C'était la Cour des Miracles, un paradis perdu, Neverland. Une tendresse universelle liait les histoires des uns et des autres, quelquefois des maux savants noyaient leurs espoirs pour mieux se retrouver ensemble, au fond, et recommencer.

A côté de votre bras tatoué, j'observais avec crainte les sucs cardiaques rythmer les conversations, temporiser les épanchements. A côté de votre bras, tout était beau. A côté, tout était grand.

Oui, je me souviens de mes dix-huit ans. Vous étiez là. J'étais perdue.

Et là devant moi, vous. Votre bras tremble, vos mains aussi. Les pétales de votre rose gauche coule sous les cicatrices et les flétrissures de vos printemps. Vous me semblez plus petit, plus fragile, seul. Je pourrais vous offrir l'illusion pour un soir que tout est possible, que le Délice nous attend et que j'ai récupéré les clefs du traffic. Tu serais de nouveau mon ancre, mon marin. Je ne le désire pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by MissLulle, Lulle pour les intimes - dans Moi princesse - et toi
commenter cet article

commentaires

DarkGally 03/05/2012 12:23


c'est beau :)


bon et triste à la fois

MissLulle, Lulle pour les intimes 03/05/2012 21:43


Oui, c'est tout ça... Merci beaucoup.